Pour lire l’intégralité de cet article, merci de vous identifier.
Si vous ne possédez pas encore de compte utilisateur, créez votre accès en achetant la version numérique de ce numéro.

Mot de passe oublié ?
English

GIFs ou JPEGs animés ?

Olia Lialina

Traduit de l’anglais
par Phœbe Hadjimarkos Clarke

Commençons par le commencement : je ne suis pas la créatrice du « premier GIF de l’histoire », malgré ce que Google peut écrire, ou en dépit de l’esthétique rétro en noir et blanc de mon premier GIF animé11 Voir l’article de Fernando Alfonso III à l’origine de cette confusion, « The Animated History of the GIF, the Internet’s Favorite Format », Dailydot, juin 2015, http://b-o.fr/alfonso. Ce mythe a commencé à se répandre par des articles et des forums, pour finir parmi les premiers résultats de recherche sur Google. On me présente comme la créatrice du GIF, et dans quelques années, j’entrerai sans doute dans les annales en tant que fondatrice du format. Pour y parer, j’aimerais enfin pouvoir apporter une réponse sans détour à la question récurrente : « avez-vous vraiment créé le premier GIF ? » et cette réponse est : « bien sûr que non ! » Le format existait depuis près de dix ans : dix mois avant que le window.gif ait été publié en 1996, tout le monde s’était mis à créer et utiliser des GIFs sur le Web. Dès la fin de l’année 1996, le format était déjà remis en question et tourné en ridicule, et un an plus tard il avait commencé à être abandonné et effacé.

Cette chronologie était encore présente dans la mémoire culturelle il y a dix ans. Mais en 2020, il est utile de rappeler ce qui existait avant que les GIFs animés ne fassent leur glorieux come-back lors de la première vague de « netstalgie », au début des années 201022 Pour plus d’informations au sujet de la « netstalgie », voir Olia Lialina, GeoCities’ Afterlife and Web History, 2019, http://b-o.fr/geocities. Le Web vieillit : il est même plus vieux que la plupart des doctorants qui l’étudient et son histoire évolue de manière de plus en plus homogène. Les utilisateurs comme les chercheurs développent très vite une forme de myopie, et pas seulement parce qu’ils passent trop de temps devant leurs écrans. Nous sommes toujours soumis à la malédiction du « temps Netscape », ce paradigme selon lequel tout change rapidement et s’actualise radicalement, effaçant ainsi des mémoires (qu’elles soient artificielles ou biologiques) toutes les versions précédentes33 « Le ‹&nbs…